Moustiers Ste Marie & Gorges du Verdon
Moustiers Ste Marie & Gorges du Verdon

Départ par l'autoroute vers Brignoles puis par Draguignan, vous atteindrez la Corniche Sublime. Un magnifique point de vue sur les Gorges du Verdon se présentera alors à vos yeux. Continuation vers Moustiers Sainte Marie pour le déjeuner libre. Après le repas, temps libre pour découvrir ce village. Moustiers Sainte Marie, classé parmi les plus beaux villages de France, est aussi renommé pour sa faïence. Profitez en pour découvrir le musée qui y est consacré (entrée non incluse). Attention certaines rues sont assez pentues ! Retour sur Marseille en fin de journée

Moustiers Ste Marie & Gorges du Verdon

Tarifs :
Prix : 24 € par adulte
Enfant moins 12 ans prix 19 €
Horaires :
Aubagne 7h00
Dromel 7h20
Baille 7h30
Canebière 7h45
Aix 8h15
Sur demande :
Autres prises en charges possibles pour groupes de 10 pax et +
ou bien par télèphone
04 91 94 00 44

Sous champ de la fiche n°2 (libre)

Géologie
- Pendant la période du Trias, la Provence s’affaisse et la mer la recouvre, déposant d’épaisses couches de calcaires divers.
Pendant la période Jurassique, la Provence est recouverte d’une mer chaude et peu profonde, facilitant la multiplication des coraux.
- Au Crétacé, la Basse Provence se rehausse et la mer atteint l’emplacement actuel des Alpes. L’ère Tertiaire voit l’édification des Alpes. La fracture des calcaires jurassiques façonne les reliefs et les vallées. C’est à cette époque que le Verdon trace son cours. Au Quaternaire, les glaciations transforment les cours d’eau et les lacs en redoutables fleuves de glace, qui modèlent les reliefs en taillant et striant le paysage. À la fin de ces glaciations, les eaux des rivières continuent leur érosion et notamment, le Verdon, en creusant son lit dans les sédiments calcaires coralliens accumulés au secondaire, avec un débit d’eaux tumultueuses avoisinant 2 000 à 3 000 m3 par seconde.

Géographie
- Le Verdon prend sa source tout près du col d'Allos, dans le massif des Trois Evêchés (2819 m). Il va se jeter dans la Durance, près de Vinon-sur-Verdon après avoir parcouru près de 175 kilomètres. Son parcours le plus intéressant se trouve entre Castellane et le Pont du Galetas, sur le lac de Sainte-Croix. Ce lac était il y a quelques dizaines d’années la grande plaine des Salles-sur-Verdon, avant la mise en eaux du lac artificiel créé par l’édification du barrage de Sainte-Croix. Lors de la montée des eaux en 1973, le vieux village des Salles a été évacué (de force), détruit et noyé. Son église a été dynamitée, tout comme le village, qui est reconstruit plus haut et plus moderne, au grand dam de ses habitants. C’est maintenant un des plus jeunes villages de France.
- Les gorges du Verdon constituent sur une bonne distance, la frontière entre les départements du Var au sud et les Alpes-de-Haute-Provence au nord, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
- Cette région, entre Castellane et le lac de Sainte-Croix, s’appelle les gorges du Verdon. Elle se divise en trois parties distinctes :
les Prégorges, qui vont de Castellane à Pont de Soleils ;
les Gorges qui vont de Pont de Soleils à l’Imbut ;
le Canyon qui va de l’Imbut au Pont de Galetas.
- Les Gorges du Verdon sont étroites et profondes : de 250 à 700 mètres de profondeur, pour 6 à 100 mètres de large au niveau de la rivière du Verdon, et 200 à 1 500 mètres d’un versant à l’autre au sommet des gorges.





Botanique

- Le relief particulier des gorges en fait un écosystème à part, où vivent des espèces rares :
une fougère, l’Asplenium Jahandiezii, découverte dans les gorges en 1911 ;
une campanulacée rare, la phyteuma villarsii.
Histoire

- La vallée du Verdon a été habitée par le peuple gaulois des Verguni.
- Les gorges du Verdon n’attirent l’attention des voyageurs que tardivement. Les premières descriptions imprimées datent du tournant des xviiie et xixe siècles, mais restent rares (une en 1782, une autre en 1804)2. Malgré le développement de la sensibilité aux beautés naturelles et la vogue du romantisme, ils ne remarquent qu’une coupure et ne s’attardent pas à la description d’un site accessible uniquement par des sentiers muletiers. Les gorges ne deviennent connues qu’avec la description qu’en fait Élisée Reclus en 1879, et la diffusion des guides touristiques (guides Joanne notamment à partir de 18774, Guide touristique de la Provence, guide Baedeker) à la Belle Époque.
- Les gorges sont cartographiées par les Cassini (années 1770) 5 et les ingénieurs géographes du roi, en 1778.
C’est Martel qui dirige la première expédition à descendre de bout en bout le canyon du Verdon (voir sentier Martel) ; cette expression de canyon est d’ailleurs de lui. Le tourisme se développe lentement dans les années 1880-19008 : la route est malaisée et dangereuse, les infrastructures (hôtels, restaurants, routes, sentiers) rares et peu confortables.






> De plus, le principal moyen de transport de l’époque, le chemin de fer, s’arrête à Saint-André-les-Alpes, ce qui oblige à louer des voitures pour venir voir les gorges
Dans les années 1890 (et jusqu’aux années 1920), des projets de retenues rendant le canyon navigables voient le jour10. Le premier aménagement date de 1906 : le Touring Club de France (TCF) trace un sentier qui permet de descendre dans les gorges11. Le premier essor touristique des gorges date de la fin des années 1920 et des années 1930, sous l’impulsion du TCF : campagne de presse à partir de 1928, voyages de découverte, reportage diffusé au cinéma, visite de journalistes britanniques12. Cette promotion est complétée par de nouveaux travaux en 1929 et 1930 : amélioration de la viabilité de la route, à l’initiative et en partie sur les fonds du TCF13, aménagement de belvédères (dont le Point Sublime est le plus remarquable), incitation aux compagnies de transport local pour multiplier les dessertes, aménagement de nouveaux sentiers inaugurés en juin 1930, enfin création du refuge de Malines en 1936. Ces efforts attirent quelques milliers de touristes chaque année.
- Le site est devenu un site naturel protégé depuis le 7 mai 1990.

Les barrages hydroélectriques
- Le barrage de Sainte-Croix, vu des basses-gorges de Baudinard
Entre 1929 et 1975, cinq barrages ont été édifiés sur le cours du Verdon, entre Castellane et Gréoux-les-Bains. Ces barrages correspondent à autant de retenues d’eau :
lac de Castillon avec engloutissement du village du même nom ;
retenue de Chaudanne ;
- Le lac de Sainte-Croix avec engloutissement du village des Salles-sur-Verdon, du pont romain dit pont d’Aiguines, du pont de Garuby et de la résurgence Fontaine l’Evêque à Bauduen. D’une couleur merveilleuse et changeante presque tous les jours, il est devenu un haut lieu du tourisme estival. C’est le deuxième plus grand lac artificiel de France ;
retenue de Quinson, parfois improprement nommée « lac de Montpezat », du nom du village qui la domine ;
- Le lac d'Esparron, il est de couleur verte, comme le Verdon contrairement au lac de Sainte-Croix dans la couleur duquel le bleu domine.
Date(s) de départ:
Tarifs :
Prix : 24 € par adulte
Enfant moins 12 ans prix 19 €
Horaires :
Aubagne 7h00
Dromel 7h20
Baille 7h30
Canebière 7h45
Aix 8h15
ou bien par télèphone
04 91 94 00 44

Copyright © 2017
Autocars PROVENCE TOURISME - PROTOUR
35 Bld Gustave Eiffel BP 70126 - 13363 MARSEILLE Cedex
Tel 04 91 79 80 30 - Fax 04 91 78 18 75
Sarl au capital de 427 500.03 € - RC Mlle B 065803660
@ infoautocar@protour.fr Siret 065803660 00029 - Ape 4939 B
Nombre de visites : 23782





t