Carcassonne
Carcassonne


Vous souhaitez avoir
des informations sur cette prestation ?

Attention:   ceci n'est pas une inscription!
La validation d'une réservation est soumise au pré-paiement de la prestation en agence.
Civilité
Madame, Monsieur
Prénom*
Nom*
Adresse*
Ville*
CP*
Email*
Tél*
 
Nbr d'adultes
Nbr d'enfants
Nbr de bébés
Votre demande concerne
Carcassonne
Message ou informations complémentaires
Indiquez dans la case le chiffre : 2334 >>
10

Cher Clients et Clientes

Etre parmi les bons transporteurs de la région PACA, tout faire pour le rester depuis 1955, c'est notre volonté.
Depuis 1955 notre société des Autocars Provence Tourisme et la Marque PROTOUR, simple abréviation de PROvence TOUrisme, propose un niveau de prestations élevé pour ses transports, ses excursions et Voyages afin de fidéliser notre clientèle.

Faire le choix d'un transport, d'une Excursion ou d'un Voyage PROTOUR :
• vous comptez sur une bonne organisation
• une excellente sélection d’hôtels et restaurants
• des Autocars récents et bien entretenus
• Du personnel dévoué et compétent

Au fil des pages de nos brochures semestrielles vous découvrirez nos programmes déclinés en différentes formules de :
• Nos Excursions, Voyages et Séjours
• & Locations d'Autocars du mini bus a l' Autocar de Grand Tourisme 4 Étoiles

Votre confort, le bon rapport qualité prix pour votre satisfaction sont toujours notre priorité.

Nous souhaitons vous apporter une totale satisfaction et vous procurer toute le plaisir que vous pouvez attendre de nos services.
Rendez vous donc pour une prochaine réservation Toute l’Équipe PROTOUR & Autocars Provence Tourisme vous remercie de nous choisir pour vos prochains départs.

La Direction

Pour vos EXCURSIONS, VOYAGES
7 Bld Baille 13006 Marseille

Tel 04 91 94 00 44

Fax 04 91 474 075
reservation@protour.fr

Pour vos TRANSPORTS en autocars
35 Bld Gustave Eiffel
BP 126 13010 MARSEILLE Cedex

Tel 04 91 79 80 30

Fax 04 91 78 18 75
infoautocar@protour.fr

Carcassonne
Départ de Marseille en direction de Montpellier puis continuation vers Carcassonne, magnifique cité fortifiée.
Temps libre et déjeuner libre pour arpenter la cité médiévale.
A l'issue vous découvrirez avec votre guide l'histoire de la cité qui a joué à travers les siècles un rôle déterminant dans l'histoire du Languedoc.
Retour sur Marseille en fin de journée.

Carcassonne

Tarifs :
Prix : 40 € par personne
Horaires :
Aubagne 06h15
Dromel 06h35
Baille 06h45
Canebière 07h00
Aix 07h30
Sur demande :
Autres prises en charges possibles pour groupes de 10 pax et +

Inclus

Transport en autocar aller-retour
Les visites prévues au programme

Non inclus

Le déjeuner au restaurant
Les dépenses à caractère personnel
Carte d'identité ou passeport en cours de validité.
Les horaires indiqués en Brochure et sur le site sont les horaires de départ de l'autocar, il est vivement demandé de se présenter au point de prise en charge au moins 10 mn avant l'heure de départ

Informations :

Carcassonne est située dans le sud de la France à 80 kilomètres à l'est de Toulouse. Son emplacement stratégique sur la route entre la mer Méditerranée et l'océan Atlantique est connue depuis le Néolithique. La ville se trouve dans un couloir entre la montagne Noire au nord et les Corbières à l'est, la plaine du Lauragais à l'ouest et la vallée de l'Aude au sud. Cette région naturelle est appelée le Carcassès ou le Carcassonnais.

La superficie de la commune est de 65 km², ce qui est une grande commune comparée aux nombreuses petites communes de l'Aude.

L'histoire de Carcassonne est directement liée à celle de la cité. C'est en 1247 que la ville s'étend réellement hors de la cité. Il s'agit de la ville basse ou bastide Saint-Louis.

Au sud de la cité, cinq châteaux forts (château de Termes, château d'Aguilar, château de Quéribus, château de Peyrepertuse et château de Puilaurens), désignés comme les « cinq fils de Carcassonne », dont les ruines subsistent encore, défendaient le passage du Languedoc contre les Espagnols.

Le Moyen Âge
Reste de rempart de la Bastide construite sous le règne de saint Louis

Le catharisme atteint Carcassonne qui aura beaucoup d'adeptes dans ses murs. Les cathares étant protégés par le vicomte Raimond-Roger Trencavel, la ville devient terre d’hérésie aux yeux du pape. En conséquence, elle subira de plein fouet les feux de la croisade bientôt dirigée par Simon de Montfort après la chute de la ville(auparavant c'était Arnaud Amaury légat du pape qui dirigeait la croisade). C'est ainsi qu'au mois d'août 1209, l'armée des Croisés met le siège devant Carcassonne. Les deux bourgs tombent rapidement, ils sont brûlés et détruits. L'enceinte de la Cité va résister à l'assaillant. C'est la sécheresse et la soif qui feront capituler le vicomte de Carcassonne au bout de deux semaines de siège,en effet Trencavel ne prit aucune disposition pour défendre l'accès aux points d'eau situés en dehors de l'enceinte croyant que les assiégés seraient secourus rapidement. Il sera aussitôt jeté en prison où il mourra très vite. Dès la prise de la Cité les terres des Trencavel sont attribuées à un des Barons du nord, le célèbre Simon de Montfort. Son fils donnera ses terres au roi de France, qui les intégrera au domaine royal en 1224.

Ce dernier événement est majeur dans l'histoire de Carcassonne. Après la tentative de révolte des Carcassonnais menée par le fils du vicomte Trencavel en 1240, Saint Louis chasse la population de la ville, et l'autorise à s'établir sur l'autre rive du fleuve : c'est la création d’une ville nouvelle. Une bastide est alors créée en contrebas de la Cité de Carcassonne. Carcassonne devient alors une ville bicéphale où une concurrence acharnée a lieu économiquement et socialement entre Cité et Bastide. Progressivement, la Bastide Saint-Louis va prospérer économiquement au point de surpasser la Cité qui perd au fur et à mesure tous ses pouvoirs et son rayonnement politique.

La ville basse est dotée d'un consulat en 1248. Six consuls gouvernent la ville aidés par des notables. Au XIVe siècle, la ville est le premier centre de production textile du royaume, dont la matière première utilisée est la laine. Elle provient des élevages de la Montagne Noire et des Corbières. Les productions étaient exportées vers les grands comptoirs européens comme Constantinople ou Alexandrie.

En 1348, la ville est touchée par la peste comme le reste du pays et l'épidémie est récurrente jusqu'au siècle suivant. À cette même période, la guerre de Cent Ans provoque de nombreux dégâts. Le prince Noir dévasta par le feu la ville basse en 1355 en épargnant la cité de Carcassonne. Un siège aurait été trop long et l'aurait ralenti dans son entreprise de pillage. La bastide fut reconstruite (mais seulement la moitié de la bastide) et fortifiée en 1359. L'industrie du drap reprend et se développe.

Un texte fort ancien nous est parvenu qui nous dépeint les origines situées aux XIVe et XVe siècles, d'une famille consulaire de marchands, bourgeois de Carcassonne, puissants hommes d'affaires de la Cité. Aussi mérite-t-il d'être reproduit ici :

Il s'agit d'un mémoire historique rédigé par un notaire royal (très probablement) resté anonyme, vers l'an 1620 sur l'histoire et les origines antiques de la Maison Dax ou (de Dax) [qui est aussi celle d'Axat, d'Artigues, de Leuc, de La Serpent et de Cessales], en la ville de Carcassonne, dont deux aux moins de ses membres tous les deux marchands et bourgeois de Carcassonne puissants hommes d'affaires de la ville, furent consuls de La Cité : Rolland Dax en 1433, 1437 et 1443, et son fils aîné, Arnaud l'Ancien en 1452, 1458, 1465, 1472, anobli et créé chevalier conjointement avec son frère cadet Arnaud le Jeune, par lettres patentes du roi Charles VII le 1er juillet 1457. Il regorge de précieux éléments, fournissant notamment des précisions sur d'anciennes maisons d'habitation situées dans Carcassonne à la fin du Moyen Âge et sur les familles marchandes et bourgeoises de cette époque reculée. Il précise que les Dax possédaient au XVe siècle et sans doute dès au moins le XIVe siècle, outre plusieurs maisons dans Carcassonne notamment une grande demeure encore connue plusieurs siècles plus tard comme « La maison de Leuc, où ilz estoint fort bien logez » dit le mémoire, une sépulture particulière familiale au sein de l'église Saint-Vincent de Carcassonne (en la chapelle connue à l'époque sous le nom de Saint-Laurent), où furent enterrés les parents de Rolland tout comme lui-même, son épouse et ses deux fils Arnaud l'Ancien et Arnaud le Jeune, ainsi probablement que les épouses de ceux-ci.

Le mémoire est anonyme. Il ne nous a pas été possible de découvrir le nom de l’auteur. Mais tout porte à croire que ce travail émane d’un notaire ou de quelqu’un qui avait à sa disposition de nombreuses minutes notariales. Ce manuscrit contient 98 pages. Il mesure 350 millimètres sur 235. Il est recouvert en parchemin.

Quoique la ville de Carcassonne ne connût pas le roi Louis XI (1423-1461-1483), ce dernier n'hésita pas à confirmer ses privilèges et défendre la ville en mars 1462 (1461 v. st.).
Du XVIe au XVIIIe siècle
Carcassonne vers 1780 (carte de Cassini) avec la bastide à l'ouest de l'Aude et la cité sur les hauteurs à l'est de l'Aude

À partir de cette période, la ville basse connaît une croissance supérieure à celle de la cité qui perd son rôle militaire. En 1531, le protestantisme fait son apparition, mais les calvinistes sont chassés de la ville basse qui se fortifie de plus belle. C'est une base pour les catholiques qui partent en guerre contre les villages protestants de la région : Limoux, Bram… De plus des rivalités apparaissent entre la cité et la ville basse provoquant des destructions de la ville basse. Au début des années 1560, les protestants de la ville sont massacré.

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine.

Petit à petit la Cité perd de son importance avec le transfert de nombreuses institutions à la ville basse croissante. La richesse due au commerce drapier permet d'embellir la ville. La manufacture de draps des Saptes fut créée, ou plutôt relancée, en 1667 par Colbert pour développer ce qu'avait créé les frères Saptes, venus de Tuchan, qui s'installèrent au XVIe siècle près de Conques, puis Carcassonne, où ils concentrèrent en un même lieu toutes les opérations nécessaires à la fabrication des tissus, ce qui valut une grande prospérité à la famille, dont la troisième génération abandonna la fabrique pour la magistrature.

Des hôtels luxueux sont construits, l'eau est amenée jusqu'à la ville, le pavage et l'éclairage des rues rendent la ville plus moderne. Les vieux remparts et portes de la ville basse sont démolis au XVIIIe siècle, le portail des Jacobins est construit à cette époque.

Malheureusement, de nombreux problèmes causent la perte de cette mono-industrie. Sous la Restauration, l'activité est mécanisée et les salaires sont tirés vers le bas. La viticulture rentre en concurrence et la misère gagne la cité de Carcassonne et ses derniers tisserands.

À la Révolution française, la ville est peu engagée et l'industrie drapière est concurrencée par les Anglais provoquant des baisses de salaires importantes. Le 29 janvier 1790, le département de l'Aude est créé et Carcassonne en devient le chef-lieu. Elle devient aussi chef-lieu de district. Mais les prix de la nourriture augmentent, la famine et le mécontentement populaire se font sentir.

Carcassonne absorbe Carcassonne-Cité entre 1795 et 1800.
XIXe au XXIe siècles
Place Davilla à Carcassonne

Au XIXe siècle, un changement dans les mentalités intervient et une prise de conscience pour les monuments historiques s'annonce, on veut restaurer et valoriser le patrimoine français. La Cité, complètement ruinée et miséreuse va recevoir le soutien d’érudits Audois et Carcassonnais tel Jean-Pierre Cros-Mayrevieille soutenu par Prosper Mérimée, Inspecteur des monuments historiques. Les premiers travaux de restauration portent sur la Basilique Saint-Nazaire-et-Saint-Celse.

De nombreuses expropriations ont ensuite lieu, supprimant la totalité de l’habitat construit dans les lices et excluant une partie de la population de la Cité. Un demi-siècle de travaux aura lieu pour restituer toute la grandeur du XIIIe siècle au plus grand ensemble de fortification du Moyen Âge d’Occident. L’architecte Viollet-le-Duc, spécialiste des restaurations en France, portera ce chantier avec réussite mais déclenchera parfois une certaine polémique sur ses choix de restaurations et sur ses initiatives personnelles assez particulières. Il n'en demeure que la Cité de Carcassonne est globalement très bien restaurée, la restauration portant sur seulement 30 % du bâti (crénelages, toitures).

En 1907, les vignerons Carcassonnais participent à la révolte des vignerons pour dénoncer les problèmes qui affectent la viticulture du Languedoc. La fraude récurrente de certains producteurs, la surproduction, le mildiou et la concurrence provoquent leur colère et demande à l'État, qui dans un premier temps ne réagit pas, de mettre en place une réglementation sur les productions viticoles. Carcassonne rejoint en septembre 2007 la Confédération générale de vignerons du Midi (CGV), la première union syndicale.
Date(s) de départ:
Tarifs :
Prix : 40 € par personne
Horaires :
Aubagne 06h15
Dromel 06h35
Baille 06h45
Canebière 07h00
Aix 07h30
>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Copyright © 2017
Autocars PROVENCE TOURISME - PROTOUR
35 Bld Gustave Eiffel BP 70126 - 13363 MARSEILLE Cedex
Tel 04 91 79 80 30 - Fax 04 91 78 18 75
Sarl au capital de 427 500.03 € - RC Mlle B 065803660
@ infoautocar@protour.fr Siret 065803660 00029 - Ape 4939 B
Nombre de visites : 14778